Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les caps bourrut des Pyrénées

Les caps bourrut des Pyrénées

Actualités d'hier et d'aujourd'hui sur les Pyrénées Centrales, au travers de l'histoire d'une famille, celle d'un "pays", celui des Pyrénées. Le passé est omniprésent avec celui d'un petit peuple : la Barousse...


Journée du Patrimoine 2015 : patrimoine paysan

Publié par Jackie Mansas sur 29 Décembre 2015, 19:31pm

Catégories : #Culture et société pyénéennes

Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.
Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.

Entre Bertren, Sainte-Marie, Saléchan, Siradan : toutes les photos et les cartes postales font partie de la collection de Mr Rober Michel et ne sont pas libres de droit.

Bertren 1949
Bertren 1949

La Journée du Patrimoine en Barousse.

Le 26 septembre 2015, sous un soleil d'automne encore chaud, les villages de Sainte-Marie, de Saléchan et de Siradan ont reçu 54 personnes pour découvrir leur patrimoine. Qui, loin des regards, se cache comme s'il attendait qu'on le découvre au détour d'une promenade, d'une rencontre… Et c'est ce qui est arrivé ce samedi-là.

Le programme était alléchant pour qui voulait connaître un pays en dehors du temps : architecture des siècles passés allant du Moyen-Age avec Notre-Dame des Vignes à Sainte-Marie, la chapelle Sainte-Anne à Saléchan, le lavoir du haut du village de Siradan, à la période Moderne avec la Maison de retraite Sainte-Marie à Siradan, le château de Sèze pour finir avec la période contemporaine avec les belles fermes pyrénéennes et les villas de style balnéaire de Saléchan ainsi que les deux autres lavoirs, les anciens thermes de Siradan et ses grandes maisons du plateau des Coustaous, la villa de l'onyx, l'imprimerie de Mr Lôo, les villas balnéaires à l'entrée du village et enfin pour terminer les deux grandes et belles églises des deux villages, Notre-Dame de l'Assomption à Siradan et Saint-Julien à Saléchan datant toutes les deux de la fin du 19ème siècle.

Et pour retrouver Saléchan, une promenade bucolique au travers de sentiers noyés par le soleil automnal, dans le Mayrou.

Le soir, dans la salle des Fêtes de Siradan, un moment de partage absolu autour d'un très beau diaporama monté par Robert Michel collectionneur passionné de cartes postales, de photos et de documents anciens et modernes. Ce diaporama fait découvrir un petit pays au passé Paysan désormais parti dans les oubliettes de l'histoire. Mais l'espace d'une journée, il a été en une toute petite partie, retrouvé.

Je vais vous raconter cette journée pour partager à nouveau un très, très beau moment.

Comment l'idée de cette manifestation est-elle née ?

Avril 2015 : Robert Michel et Robert Forasté décident de présenter le projet d'une Journée du Patrimoine à leurs associations respectives, le Comité des Fêtes de Siradan et Barousse-Patrimoine ainsi qu'à la municipalité de Siradan.

Les deux Robert's… qui sont-ils donc pour ceux qui ne les connaissent pas ?

Cela fait presque deux ans que Robert Michel travaille au montage d'un diaporama sur les villages de Barousse et pour cette première partie sur Bertren, Sainte-Marie, Saléchan et Siradan. Collectionneur acharné, il possède plus de 2500 cartes postales sur la Barousse, des photos et bon nombre de documents anciens et modernes.

Siradan est le berceau de la famille de son épouse Monique et dès sa découverte dans les années 1970, Robert est tombé dans la marmite Barousse. A la retraite, ils ont décidé de vivre dans ce village et d’œuvrer à la découverte de son histoire et de son patrimoine, bénévolement au sein d'associations.

La rencontre avec Robert Forasté, maire de Sarp et président de Barousse-Patrimoine, a été déterminante car tous les deux sont sur la même longueur d'ondes.

Robert Forasté, Baroussais de longue lignée, d' Ourde plus précisément puis de Sarp dont il est le maire, se passionne depuis toujours pour l'histoire et la culture de sa vallée. Et en cette année 2015, Robert'm propose à Robert'f d’organiser cette manifestation. Pas d'hésitation, on fonce… Présentation du projet au Comité des Fêtes et à Mr le Maire de Siradan qui acceptent et la décision est prise : on participera aux Journées Européennes du Patrimoine en septembre, le 26 plus exactement… On verra si l'idée plaît ou pas… Barousse-Patrimoine suit également.

Il faut quelqu'un pour présenter le patrimoine des trois villages et on me demande si je veux « bien faire le guide-parlotte » l'après-midi et commenter conjointement avec Robert'm, le diaporama reconstituant au travers de cartes postales et de photos, l’histoire et le patrimoine de nos villages. Bien sûr, étant dans le même état d'esprit que les Robert's – et bavarde incorrigible quand il s'agit d'Histoire - j'accepte et il ne reste plus au Comité des Fêtes de Siradan et à Barousse-Patrimoine qu'à préparer la Journée du Patrimoine en Barousse. Je précise que nous sommes tous bénévoles.

Septembre arrive et c'est la dernière ligne droite, Robert'm photographie les monuments, rencontre de nouvelles personnes heureuses de prêter leurs photos, on finalise, les affiches et les dépliants sont imprimés sous la houlette de Robert'f et toute une équipe les distribue à tout va, Barbara envoie l'info sur son blog et Facebook, certains journaux numériques relaient l'info sur Toulouse, les journaux et les radios sont contactés, la salle des Fêtes de Siradan est préparée par le noyau fondateur et ce samedi 26 tout en se posant quelques questions d'usage en de telles circonstances : « Est-ce que ça va plaire, est-ce que les gens vont venir, est-ce qu'on va réussir à intéresser l'auditoire ? »,- bref, on stresse un tout petit peu quand même - ils attendent de pied ferme les futurs passionnés de culture, d'histoire et de patrimoine paysan montagnard. Et, et... on voit arriver des villageois, des personnes que l'on ne connaît pas mais qui ont lu les messages de Barbara et d'autres encore qui l'ont appris par les journaux et par la radio, par le bouche-à-oreille… Et … des jeunes ! Le bonheur total : la transmission orale intergénérationnelle peut se réaliser encore !

Alors que les organisateurs se rassurent, il y en a une qui stresse, mais qui stresse : le trac ! « Vais-je être à la hauteur ? Est-ce que ma façon de présenter l'histoire va plaire ? ». Parce que je ne suis pas du tout conventionnelle : je me fais du souci….

Et puis on se détend, on part tous ensemble sur la route de Sainte-Marie pour une belle promenade dans un monde figé dans le temps…

LE PATRIMOINE

On aperçoit le village de Sainte-Marie depuis la route de Siradan qui s'aligne le long d'un chemin creusé depuis des siècles dans la pente couverte au 15ème siècle de vignes en hautains, à savoir que les ceps grimpaient dans les arbres des vergers. Le sol était en pâtures ou bien en terres cultivées et les jeunes bergères et bergers y menaient les troupeaux de leurs familles.

La chapelle Notre-Dame des Vignes :

Sainte-Marie existait bien avant l’apparition de la Vierge Marie à la bergère sourde et muette en 1498, mais elle ne devait être qu'un tout petit domaine.

Témoin de cette existence, la magnifique et imposante porte médiévale de la maison longeant la ruelle menant à l'église. Il aurait existé une petite chapelle à l’emplacement de l'église actuelle qui servait au propriétaire des lieux.

"Notre-Dame des Vignes n'avait jamais eu autant de visiteurs en même temps"" confia Micheline qui garde la clé ! L'aspect est austère, on devine la foi simple des montagnards de ces temps lointains.

La porte à l'encadrement en pierre est surmontée d'un tympan sculpté où l'on voit à gauche saint Pierre tenant la clé du paradis et bénissant, au milieu le blason portant la date de l'apparition « 1498 », les autres motifs, des fleurs de lys, ont été effacés à la Révolution, le soleil et la lune (symboles païens) et enfin à droite une représentation de la Passion du Christ un peu particulière car il est entouré de sa mère Marie et d'un personnage, un jeune garçon qui ne peut représenter que l'apôtre préféré de Jésus, Saint Jean l’évangéliste. En Basse Barousse, son image se trouve aux côtés du Christ en permanence. Pourquoi donc ? Parce que nos ancêtres qui avaient une foi profonde mais toute tournée vers la réalité de la vie, interprétaient à leur façon la Passion qui devenait familiale. Et l’Église ne disait rien car les Baroussais ayant la « fâcheuse » habitude d'adorer en même temps les dieux anciens pyrénéens, retournaient vers eux si on les contrariait ! Tous des « caps bourrut » et il fallait composer...

Description sommaire de l’architecture de la nef .

Réemplois romains, têtes d'enfants, sculpture d'une tête de taureau (culte de Mithra), autel en bois, tabernacle doré à la feuille où l'on retrouve les motifs de la Passion du Christ, la magnifique statue de la Vierge médiévale dans sa niche à la décoration extérieure du 18ème siècle et les visiteurs apprennent que sous le sol de la nef, au Moyen-Age, reposaient les habitants de ces temps lointains. Et ils y sont toujours.

Et on repart....

On rejoint par l'antique chemin dit de la Lanette, la maison de Retraite Sainte-Marie. En 1811, le docteur Fontagnères aménage un ancien bâtiment qui jouxtait une source thermale dite de la Lanette en l'agrandissant. Il choisit une architecture austère mais imposante qui correspond bien au pays. Et il en fait un établissement thermal qui deviendra au 20ème siècle une résidence secondaire puis en 1945, une maison de Repos pour dames et enfin un EHPAD en 1993.

La région toute entière profita de la manne thermale du 19ème siècle. Et l'on vit apparaître, avec le retour des cadets ayant fait fortune en Amérique (souvent), de belles villas de style balnéaire pour montrer la richesse et l'ascension sociale et ce dans les trois villages. Ils étaient partis pauvres et misérables, ils revenaient riches et puissants.

On arrive à l'entrée de Siradan et là on se sépare en deux groupes : le premier part avec Robert Michel vers le village pour un périple dans les rues sur les traces du passé thermal et balnéaire de la commune.

La joyeuse troupe remonte la grande rue vers la place Saint-Sernin ; à droite se trouve la villa de l'onyx avec sa sculpture rappelant que la carrière d'extraction de ce minéral a fonctionné durant de longues années. A gauche sur l'emplacement des anciens thermes, le grand bâtiment de l'ASEI. L'histoire de cet établissement thermal remonte au 19ème siècle : en 1846, en pleine vogue du thermalisme, la commune de Siradan, sous la houlette de son maire Mr Dosset, achète les terrains où sourdent trois sources minérales, à savoir, la source du lac, alcaline et saline, la source du Pré et la source du chemin, ferrugineuses. Dès 1847, un établissement thermal fonctionne avec 16 cabines, 4 douches et un hôtel de 36 lits. Les deux sites de Siradan et de Sainte-Marie reçoivent en 1847, 800 curistes. En 1873, l'établissement de Sainte-Marie est plus important que celui de Siradan mais en 1887, celui-ci prend son envol car on le rénove et on l'agrandit. Tout est fait pour que le malade se sente bien. L'hôtel et les thermes sont confortables et le parc est conçu pour la plaisir des yeux et offre la détente. La partie arborée est classée. Le déclin commence après la première guerre mondiale. Le bâtiment est transformé en préventorium pour enfants en 1958.

On regarde de la rue, la maison où se trouvait l'imprimerie de Mr Lôo, on observe les immeubles bâtis durant la prospérité de la période thermale et on se dirige vers l'église.

Jusque vers 1834, les Siradanais avaient conservé l’antique édifice roman du village primitif sur les contreforts du Mayrou au lieu dit Saint-Pierre de Louga. Mais vu l'état de délabrement et la dangerosité du bâtiment, on décida d'en bâtir une au centre du nouveau village. Puis bien entendu, à la fin du siècle, elle fut agrandie et embellie.

On retrouve tous les réemplois romains récupérés à Saint-Pierre de Louga tant à l'extérieur dans les murs octogonaux du clocher tour qu'à l'intérieur.

Sur la façade sud du clocher, un chrisme et un buste de femme qui est une stèle de l'époque romaine.

A l'intérieur, une chaire en bois typique de la fin du 19ème siècle, des tableaux de belle facture, des statues dont une de Saint-Blaise, présent d'ailleurs dans presque toutes les églises vu qu'il est le saint patron des éleveurs d'ovins et de bovins ainsi que des meuniers.

La nef est de moyenne grandeur et le chœur est orné d'un autel en marbre blanc très à la mode à la fin du 19ème siècle : c'est un modèle que l'on retrouve dans toutes les églises nouvellement construites car la plupart furent fabriqués en série.

Les communes dont les donateurs étaient plus généreux choisirent des autels comportant de nombreuses ornementations dans le statuaire..

Malgré son passé thermal dynamique et la présence de quelques villas de style balnéaire, Siradan est resté un village « paysan » avec des allures de cité thermale à la mode .Et pour finir, on admire la façade du château de Sèze, assez monumental pour un petit village et tout à fait typique des châteaux de la plaine de la Garonne du 18ème siècle.

&

Le second groupe part avec moi vers le haut du village de Saléchan par l'antique chemin du Mayrou ou les parcelles en terrasses soutenues par des murs en pierres sèches sont désormais boisées mais rappellent la splendeur des siècles passés depuis que Siradus, noble gallo-romain à installé son domaine - dit de Siradanum - sur cette colline tournée vers l'est, ensoleillée et dominant la plaine entièrement sous les eaux de la Garonne (marécages et trous d'eau dangereux). Le Gouhouroun n'était pas domestiqué comme aujourd'hui et coulait à flots toute l'année mêlant ses eaux à celles du fleuve. Et ses crues étaient également dévastatrices. La promenade est belle, le temps agréable et pas trop chaud. On arrive enfin à Saléchan. On regarde le lavoir d'en haut qui servait pour le quartier et qui est le plus ancien car seules des femmes de petite taille – jusqu'au 19ème siècle, elles ne mesuraient pas plus de 1,47 m-1,50 m, mais il y en a eu des grandes de 1,55 m vers le mitan du siècle – pouvaient y laver.

Le village de Saléchan a été construit de haut en bas à partir de la chute de l'empire romain avec pour modèle le quadrillage des cités romaines mais adapté à la pente du plateau ; on s’arrête ensuite devant les chapelles Saint-Blaise et Saint-Roch restaurées et entretenues par des bénévoles que Renée Lanau, maire-adjoint de Saléchan, nous présente ; on croise la colonne romaine supportant une Vierge médiévale très abîmée ; puis on arrive à l'église reconstruite à la fin du 19ème siècle face à l'est et donc au pic du Gar - avec son terrain où l'on brûlait le brandon : le tchar - pour montrer la richesse et l'opulence des Saléchanais avec le retour des « colporteurs », des « Américains » ayant fait fortune. Ils ont apporté un développement conséquent au village. Encore deux lavoirs plus récents, pour dames plus grandes – jusqu'à 1,70 m-1,72 m pour celles qui sont nées dès le premier quart du 20ème siècle , celui d'en bas - de belles maisons soit de types fermes pyrénéennes massives et cossues, soit de villas dites « balnéaire », les styles se succédant en descendant vers la plaine.

L'église Saint-Julien :

Il s'agit d'une belle bâtisse de la fin du 19ème siècle reconstruite en plus grandes dimensions sur l'emplacement de l'ancienne, bâtie au 18ème siècle sur les ruines du castet féodal. Il fallait que la nouvelle soit à la hauteur de la richesse des donateurs … Une revanche sur une enfance et une adolescence pauvres !

A l’intérieur, de belles proportions dans l’architecture de la nef décorée de motifs très à la mode dans les années 1910-1940 et de l'autel. Pas mal de beaux objets du 19ème siècle à protéger tout de même, comme la Piéta de facture moderne – il faut admirer le talent de l'artiste : la Vierge Marie est une mère qui exprime sa souffrance par des cris de révolte en tendant son bras droit comme si elle repoussait les bourreaux de son Fils – elle n'est plus la mère extatique des siècles précédents acceptant cette mort comme résultant de la volonté divine. On admire également le bel autel en marbre blanc tout orné de saints et de saintes honorés dans la région, en une procession face aux fidèles.

Et pour finir la promenade, la chapelle dite Saint-Julien mais qui en fait s'appelle Sainte-Anne, les Saléchanais tiennent à ce que l'on rétablisse la vérité. Aussi rendons-lui son nom. Les réemplois romains sont partout à l'intérieur comme à l'extérieur. Et quelques peintures apparaissent sur le mur de l'autel. Saléchan n'était en fait que l'extrémité du domaine de Siradanum sur la voie romaine qui menait à Luchon par Esténos. Les Romains n'avaient pas de cimetières comme nous les connaissons mais alignaient les tombes le long des grandes routes pour que chacun, lorsqu'il se promenait ou bien voyageait, puisse s'arrêter devant l'emplacement de sa famille. La chapelle Sainte-Anne est bâtie à la limite du domaine, succédant sans doute à un édifice paléochrétien.

Et la joyeuse troupe est revenue à pieds jusqu'à la salle des Fêtes de Siradan par le chemin de Campagnac rejoignant le premier groupe !

Après l'apéritif offert par le Comité des Fêtes et le petit repas tiré du sac pour ceux qui le voulaient, le diaporama commença vers 21 heures 15. Certains des marcheurs de l'après-midi (une bonne vingtaine) s'étaient excusés car il y avait le match de rugby à la télé mais ce n'était que partie remise et la salle se remplit très vite, 50 spectateurs venant de plusieurs villages de Barousse ce qui nous a fait très plaisir.

Avec Patrice fidèle au poste pour diriger la projection, nous avons commenté les photos et les cartes de Bertren, Saine-Marie, Siradan et Saléchan qui ont défilé montrant un pays diversifié, bien aménagé dans les siècles passés et entièrement boisé actuellement, des personnages de la Barousse nés au 19 siècle et décédés au 20ème : Clémentine Saint-Martin de Ourde née Maylin à Ferrère et sa coiffe des baroussaises si particulière, Pascalou de Siradan et son profil pyrénéen typique, des joyeux drilles, des écoliers de plusieurs époques sérieux et propres comme des sous neufs, des jolies jeunes filles, des beaux garçons, des communiantes, des mariés, une jolie photo de petit enfant : garçon ou fille ?

Les avis furent partagés, des groupes de paysans au travail ou posant en famille… bref tout le petit monde de nos villages, qui ont fait notre pays et dont nous sommes les héritiers.

Une pause humoristique où Robert par l'intermédiaire de la projection m'a demandé « t'as pas soif ? ». Rires dans l'assistance... et fou-rire de l'interpellée ! Rassurez-vous, nous étions d'accord !

La seconde partie révéla un autre monde plus sophistiqué où l'on vit Siradan changer inéluctablement grâce au thermalisme. Les cartes et les photos montrant les thermes et un certain art de vivre ont ravi le public car elles ont fait monter en tout le monde une indéniable nostalgie d'un monde léger terminé. Des cartes humoristiques ont fait rire : elles valaient le coup... Et enfin, après la démolition des anciens thermes, la construction contemporaine des années 1950 des bâtiments du préventorium devenu ASEI apportant des emplois et une certaine prospérité qui hélas a disparue depuis quelques décennies ! Que d'émotion pour ceux et celles qui ont connu tout cela !

Et puis la fin est arrivée et après les remerciements d'usage, les congratulations, nous nous sommes séparés avec la promesse que de telles soirées se renouvelleraient.

Merci aux organisateurs de cette belle journée où nous avons connu une partie de notre patrimoine. Et merci à tous ceux qui ont déambulé dans notre passé dont il nous reste encore et encore à découvrir de nombreux trésors ! Dire que j'ai apprécié de rencontrer toutes ces personnes passionnées par notre culture montagnarde et paysanne est peu dire car elles m'ont apporté une grande joie d'avoir pu partager ce qui représente pour moi une passion dévorante. Mon souhait est que des jeunes reprennent le flambeau…. Avis aux amateurs !

La transmission de toute culture est primordiale et nécessaire au bien vivre ensemble !

Grand merci de nous avoir suivi dans notre envie de faire revivre durant quelques heures le petit peuple Baroussais.

Jackie Mansas

Les photos de cette journée ont été prises par Robert Michel. Les photos anciennes qui lui ont été prêtées par des habitants font partie de sa collection et ont été projetées durant le diaporama.

Commenter cet article

piloudu65 08/02/2016 15:21

Bonjour,

Je viens de découvrir ce blog qui est une excellente idée, au moins j'ai appris qu'il y avait un patrimoine en barousse que l'on ne connaît que par les manifs sport, travail exceellent eux aussi. On aurait aimé venir ce jour-là connaitre un peu ces villages mais on n'a rien su. pourquoi il n'y a pas eu d'articles dans la presse ? vous ne vous faite pas connaître

Jackie Mansas 08/02/2016 19:00

Bonjour Piloudu65.

Vous avez été nombreux à me demander cela après le 26 septembre 2015. Mais je n'étais que le « guide-parlotte » pas l'organisatrice. Je sais que les journaux ont été contactés tant dans le 31 que dans le 65 mais personne ne s'est intéressé à cette manifestation. C'est dommage bien sûr mais que voulez-vous, c'est comme ça ! En fait, un petit entrefilet recopiant le tract est paru seulement dans l'édition du Comminges de la Dépêche du Midi. La culture du « petit peuple » paysan n'intéresse pas les médias à première vue. Mais bon, maintenant vous saurez ce qu'il se passe en suivant notre blog ainsi que celui d'une des organisatrices du 26 septembre leboncoindesiradan.over-blog.com. Et les sites des O T ! Bonne soirée
Jackie Mansas

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents