Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les caps bourrut des Pyrénées

Les caps bourrut des Pyrénées

Actualités d'hier et d'aujourd'hui sur les Pyrénées Centrales, au travers de l'histoire d'une famille, celle d'un "pays", celui des Pyrénées. Le passé est omniprésent avec celui d'un petit peuple : la Barousse...


La première foire aux fromages de Loures-Barousse.

Publié par Jackie Mansas sur 5 Août 2016, 11:08am

Catégories : #Culture et société pyénéennes

La première foire aux fromages de Loures-Barousse.
La première foire aux fromages de Loures-Barousse.

L'idée géniale d'un trio de joyeux drilles !

Que Madame Christine Tellier, correspondante de la dépêche du Midi ne m'en veuille pas de répondre à son article de ce jour 5 août 2016 (fort bien écrit comme d'habitude) en racontant la première "foire" aux fromages de Loures-Barousse qui à l'époque, bruissait de vie, de rires et d'un grain de folie !

Les esprits farceurs qui sont à l'origine de cette manifestation en ce midi d'août très chaud de 1964 ne pouvaient aucunement présager le succès qu'elle aurait dès lors que les "officiels" en feraient leur priorité !

Il est midi au clocher de l'église de Loures-Barousse, la volée de cloches annonce la fin de la messe et Fébus tape fort.

A la terrasse de l'Hôtel Restaurant des Pyrénées juste en face de l'église, un trio guilleret trinque gaiement. Il y a du monde dans Loures et Barbazan, la saison thermale bat son plein et ils cherchent devant un verre des idées pour animer la ville et attirer du monde. Ils regardent les fidèles sortir de l'église et font force commentaires sur la beauté des femmes ou son contraire, avec beaucoup de finesse n'est-ce-pas.... Des couples et des familles passent devant eux sans les remarquer outre mesure - tandis qu'eux .... - pour se rendre aux deux boulangeries-pâtisseries de l'avenue de Luchon Combaluzier et Pi ou bien celle de Fondevilla sur la route d'Izaourt. Puis ils font une halte dans une des trois épiceries, l'Epargne, la Ruche et Codec, pour acheter la sacro-sainte bouteille de vin blanc genre blanquette de Limoux, qui accompagnera le gâteau du dimanche.

Les gosiers s'assèchent vite et on en est à la troisième tournée lorsque que l'un des trois lance :

- Ils devraient acheter du fromage au lieu d'un gâteau et avec le vin blanc...

Bien entendu, les plaisanteries s’enchaînent jusqu'à ce que l'un des trois joyeux lurons, plus que réjoui, lance :

- On pourrait s'installer devant l'église dimanche prochain et leur en vendre !

Là, le silence s'installe et des anges passent....

Et puis, ils parlent tous à la fois, l'idée est géniale : on va créer une foire où l'on vendra les fromages de Sost !

Bien sûr, on fête plusieurs fois et allègrement la trouvaille de l'année !

L'après-midi...

Après le repas, le trio légèrement pompette, monte à Sost faire la tournée des producteurs, nombreux à l'époque. Chacun d'eux approuve l'idée, la trouvant excellente. Ils sont partants pour l'an prochain si l'expérience de ce dimanche est positive.

Avec quelques uns, comme il fait chaud à Sost, ils se rendent au café trinquer à la future collaboration.

Puis ils redescendent, une vingtaine de fromages entourés de papier journal dans le coffre de la voiture.

La bonne humeur est générale et à 3 heures 30, le trio, vite rejoint par les copains commerçants, dresse une table pliante recouverte d'une nappe devant la pharmacie, aligne les "produits baroussais" fleurant déjà un fumet délicat, ouvre deux parasols pour les protéger et attend le chaland de pied ferme.

Les rues sont désertes, il fait trop chaud.

Il est 3 heures 45 lorsque un car débouche sur la place et s'arrête devant l'actuel rond-point. Des hommes et des femmes en descendent, ce sont des Allemands qui se précipitent sur le stand ! L'ahurissement des vendeurs improvisés est immense mais ils jouent le jeu : c'est pour cela qu'ils sont là, non ? Les touristes sont joyeux, ils étaient en vacances en Espagne et rentrent en Bavière...

Un quart d'heure après son ouverture, la première foire aux fromages de Barousse a vécu !

Succès total !

Les Allemands, hilares eux aussi - il fait si chaud et la bière est si bonne, si désaltérante - remontent dans le car ... le chauffeur qui lui, est sobre, fait la gueule car la Bavière n'est pas la porte à côté et avec les fromages.... plus la chaleur....

Dans la rigolade générale, après les adieux et le car disparu, la bande du Syndicat d'Initiatives range le tout et va fêter dignement ce succès fulgurant au café !

Dans la semaine, les commerçants se réunissent, le maire-conseiller général Alfred Lafforgue, exploitant forestier, les soutient à fond et ils commencent tous à "travailler" l'idée.

1965 : première Foire aux Fromages et aux Traditions de Barousse.

L'année est intense, on officialise la manifestation, on monte les réjouissances et le premier dimanche d'août 1965, les producteurs de Sost envahissent les rues de Loures au grand bonheur de toute la population, des curistes et des touristes. N'idéalisons pas : il y eut toutefois quelques voix discordantes (des grincheux) pour déclarer que Loures allait être envahi et que cette foire n'était rien d'autre qu'une élucubration "d'ivrognes" !!!!

Ben voyons...

Des commerçants venus des vallées avoisinantes, des chants, des danses, le tout terriblement typique du "pays" pyrénéen, attire un monde fou. Le succès ne se dément pas : durant les années suivantes, la foire devient le rendez-vous incontournable de l'été dans la région et acquiert une grande renommée.

Bien sûr, depuis quelques années, elle a perdu l'âme de ses créateurs toute tournée vers le "petit monde" Baroussais et son immense savoir-faire dans tous les domaines. Mais bon, du moment que ce terroir et les bonnes, très bonnes choses qui y poussent grâce au travail des humains et leur connaissance de l'environnement, peuvent toujours être fêtés, autant en profiter et encourager ceux qui ne baissent pas les bras pour que cette foire - véritable carrefour de convivialité - se maintienne année après année.

Mais on peut rêver qu'elle retrouve un jour, cette âme paysanne...

Jackie Mansas

5 août 2016

C'est Monsieur Jacques Boyer + de la pharmacie de Loures qui m'a raconté cette histoire. On peut le croire, il faisait partie du trio...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents